Argent colloïdal: un traitement de base contre Lyme ?

0
13

La maladie de Lyme est une affection qui peut devenir chronique, dont le traitement par les protocoles de soins conventionnels est sujet à de nombreux échecs. Souffrant de divers symptômes imitant une grande panoplie d’autres pathologies, les patients n‘ont alors d’autres choix que de se tourner vers des solutions alternatives. L’argent colloïdal se propose avec une efficacité prouvée par de plus en plus de cas de guérisons de la Borréliose.

L’argent colloïdal est un traitement alternatif permettant de lutter contre la maladie de Lyme. Il s’agit d’une préparation aqueuse, composée d’eau purifiée de haute qualité et d’infimes particules d’argent (de 1 à 9 nanomètres de diamètre) chargées électriquement, grâce à une absorption atomique réalisée grâce à la méthode Glow Density Mass Spectrometry (GDMS) et à la microscopie électronique. Une fois dans l’organisme, les composants de ce produit sont attirés vers les zones infectées pour y détruire les germes pathogènes. Il est à préciser que l’argent colloïdal  est un remède naturel qui ne contient ni de conservateurs, ni de protéines, ni de stabilisateurs. L’argent colloïdal n’est pas soluble dans l’eau, mais il s’y répartit harmonieusement de façon homogène. Ce produit est réputé pour ses nombreux bienfaits au niveau cellulaire.   

L’argent colloïdal, un antibiotique à large spectre

Certes, l’antibiothérapie est capable de vaincre la maladie de Lyme si elle est administrée durant la phase précoce de l’infection. Toutefois, elle n’est pas en mesure de venir à bout de la forme chronique de ses symptômes. De plus, la plupart des patients ne répondent pas favorablement à tous les types d’antibiotiques. Et il ne faut pas oublier que la Borrélia Burgdorferi est capable de développer une résistance face à ces cures. Certaines bactéries sont également difficiles à éliminer, telles que les souches de staphylocoques dorés résistant à la méthicilline, les streptocoques qui résistent à la pénicilline, les bacilles tuberculeux et les campylobacters résistant à l’ampicilline…  Pourtant face à l’argent colloïdal, bactéries, virus et autres parasites n’ont aucune chance de survie.

Bien plus qu’un antibiotique​Depuis le 15ème siècle, l’argent est connu pour son étonnante capacité naturelle à éliminer les germes dangereux pour la santé. Le spirochète de la maladie de Lyme n’échappe pas à cette règle bien qu’il ne soit apparu que très récemment. L’argent est particulièrement efficace sous sa forme colloïdale, car elle est plus facilement assimilable par les cellules du corps et elle ne représente aucune toxicité. Non seulement il empêche les infections par des germes pathogènes, mais il aide aussi les cellules à se cicatriser et à se régénérer. Il permet également de renforcer le système immunitaire en comblant la carence en argent minéral de l’organisme, qui contribue à une meilleure production des lymphocytes blancs. Les capacités physiques et la faculté de récupération sont aussi améliorées par un traitement à l’argent colloïdal, car le sang est mieux ventilé, grâce à une multiplication accrue de globules rouges.

Des études positives sur l’argent colloïdal​

D’après les études menées par le docteur Henri Crooks,  l’argent colloïdal est capable de soigner jusqu’à environ 650 maladies. Les spécialistes de la maladie de Lyme, tels que le Dr Paul Farber, sont confiants quant à l’efficacité de l’argent colloïdal. Cet homme a été l’une des victimes de cette affection et a bénéficié d’une entière guérison au bout de 3 mois de traitement à base d’argent colloïdal. Il en parle en détail dans son livre intitulé « The Micro-Silver Bullet ». Il y a aussi le Dr Farbot qui a traité de nombreux patients avec cette solution aqueuse et qui affirme que la Borrélia Burgdorferi peut être éliminée à 100 % avec une thérapie à base de protéines d’argent. Selon lui, le traitement peut durer de 3 à 9 mois (http://www.institut-katharos.com/#!maladie-de-lyme/cp65) avant de faire disparaître complètement la bactérie. Suite à des études visant à prouver l’efficacité de l’argent colloïdal pour éradiquer le spirochète responsable de la maladie de Lyme, le rapport du docteur Willy Burgdorfer (celui qui a découvert l’agent responsable de la borréliose de Lyme) est également rassurant. Il a démontré que ce produit est parfaitement en mesure de venir à bout des spirochètes, en seulement 48 heures, grâce à des dosages d’argent colloïdal allant de 15 à 1500 PPM (http://www.institut-katharos.com/#!maladie-de-lyme/cp65).

Des risques légers et passagers

Aucune interaction entre cette substance aqueuse d’argent et d’autres traitements médicaux n’a été relevée. Ne présentant que peu d’effets secondaires, voire aucun, l’argent colloïdal a de plus connu une amélioration qualitative grâce au progrès technologique qui multiplie la biodisponibilité des nanoparticules d’argent dans l’organisme. Les produits actuels sont moins concentrés, donc plus rassurants. Toutefois, il faut préciser  qu’il peut parfois engendrer un impact surprenant que l’on qualifie de « crise de guérison ». La raison est simple, le processus de rétablissement est tellement rapide que l’organisme a du mal à s’adapter à sa nouvelle condition. Cela peut provoquer des maux de tête et des écoulements nasaux passagers et peu graves. Une surdose (10 fois la dose normale pendant plusieurs mois) peut également entrainer un cas d’argyrisme qui peut se manifester par une coloration passagère grise ou bleutée de la peau. Pour  éviter de courir ce risque, il faut respecter le dosage habituel qui ne doit pas dépasser les trois prises de 5 ml par jour pour un adulte. Les enfants n’auront droit qu’à une demi-dose et les bébés, le quart.

Rappelons-le,  la prise de l’argent colloïdal est approuvée aux États-Unis d’Amérique pour combattre des micro-organismes présents dans le corps. Son efficacité a été testée et approuvée médicalement par la Food and Drug Administration (FDA). Cependant, cette pratique est encore prohibée en France qui respecte aveuglément les directives de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments  (EFSA) qui n’arrive pas à se prononcer sur ce type de complément, faute de données suffisantes. C’est l’unique raison de la prohibition de l’argent colloïdal dans l’Hexagone. Toutefois, l’usage externe est réglementé pour permettre aux patients d’aseptiser leur peau et les parties sensibles de leur corps, telles que les yeux, le nez, la bouche, les oreilles, les parties intimes…