Fibromyalgie et maladie de Lyme: établir le bon diagnostic

0
18

La fibromyalgie et la Borréliose de Lyme sont encore méconnues et mal comprises. Tellement, ces deux maladies se ressemblent par certains de leurs symptômes qu’elles sont capables de dérouter les meilleurs spécialistes. 

Pour les  patients, une telle confusion de diagnostic peut être fatale et nécessite un éclaircissement.

 

L’une comme l’autre, la Borréliose de Lyme et la Fibromyalgie sont des maladies émergentes, pénibles et invalidantes.  Elles sont encore très peu connues et peuvent semer la confusion dans les diagnostics à cause de leurs ressemblances  symptômatiques. Ce sont aussi des sources de divergence d’opinions  entre les médecins et les spécialistes. Les symptômes de ces pathologies se  ressemblent sur plusieurs  points tels que les douleurs articulaires et les myalgies, qui touchent surtout les genoux, les épaules, la colonne vertébrale, les hanches et les coudes. 

Elles attaquent aussi le système nerveux et causent une fatigue accentuée, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs et moteurs. Les malades souffrent aussi de  douleurs intestinales, accompagnées par le syndrome du côlon irritable, des diarrhées et des vomissements. Des atteintes oculaires sont également recensées parmi les symptômes de ces maladies.

Les causes de la fibromyalgie  ne sont  pas encore  déterminées clairement. Toutefois, il existe des théories qui  soutiennent que plusieurs facteurs sont à l’origine de cette maladie. La source peut être d’ordre génétique. Des anomalies physiologiques du système nerveux, dont une diminution du seuil de perception de la douleur, ainsi que le manque chronique de sommeil réparateur peuvent aussi en être les origines. L’épuisement de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien à cause d’un évènement traumatisant peut entraîner la fibromyalgie. D’autres hypothèses soutiennent que  le syndrome  fibromyalgique est  causé par des agents infectieux comme le virus de l’hépatite B ou C, ou la bactérie engendrant la Borréliose de Lyme, ainsi que certaines lésions  physiques graves  au niveau de la colonne vertébrale.

La fibromyalgie est principalement caractérisée par des douleurs diffuses et étendues sur l’ensemble du corps. Ce sont généralement des douleurs musculaires accompagnées de raideurs articulaires, de troubles du sommeil et de fatigue prononcée, qui sévissent sur une longue période dépassant les trois mois. Les sujets deviennent hypersensibles et ressentent de grandes douleurs suite à une simple pression du doigt. Le dos, le thorax, les membres et les cervicaux sont les plus sensibles à ces symptômes. Les sujets peuvent aussi développer le syndrome myofascial et celui de l’algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur. La fatigue persiste sans que le repos soit capable de la faire disparaître. Les symptômes et la gravité de cette maladie peuvent varier selon le climat, le niveau de stress et d’activité  physique du patient. La douleur est constante et est aggravée par l’humidité, le froid et les émotions.

Durant l’évolution de la maladie, le syndrome de l’intestin irritable est souvent constaté et se manifeste par des douleurs abdominales, des diarrhées, une constipation et une incontinence. Les  maux de tête, les migraines persistantes, l’anxiété, l’état dépressif, les difficultés à la concentration, l’augmentation de l’acuité des sens, les fourmillements  et les engourdissements des membres peuvent également être symptomatiques d’une fibromyalgie.    

Le ministère de la santé estime que 2 % de la population Française sont atteintes de fibromyalgie et que les 80 % de ces malades sont des femmes (http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=fibromyalgie_pm ). Le souci c’est que jusqu’ici, il n’y a pas de traitements formels pour lutter efficacement contre cette maladie. Seuls existent des moyens qui atténuent la douleur.

Les médicaments tels que les antalgiques (Tramadol), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, naproxène, acétaminophène) et les anticonvulsivants (gabapentine, prégabaline, topiramate) sont préconisés contre les douleurs et  les raideurs musculaires.  Pour restaurer un sommeil réparateur, calmer l’anxiété et la dépression, les antidépresseurs tels que l’amitryptiline, la duloxétine, la fluoxétine et le milnacipran sont prescrits. Des sédatifs pour faciliter et des relaxants musculaires comme l’amitriptyline ou le flexeril sont aussi utilisés pour soulager la douleur et relaxer les muscles.

Outre, les traitements médicamenteux, la balnéothérapie est  efficace pour soulager les symptômes de la fibromyalgie, que ce soit avec ou sans exercices physiques. Les exercices physiques sont  aussi de mise car ils incitent l’organisme à produire des hormones  (endorphines) qui calment la douleur,  améliorent le sommeil et renforcent les capacités corporelles. Ces pratiques sont nettement plus efficaces lorsqu’ils sont effectués dans de l’eau chaude (exercices aquaformes).  Et pour une gestion plus efficace de la douleur et du stress, la musicothérapie, la psychothérapie, ainsi que l’hypnose éricksonnienne peuvent être adoptées.