Fièvre récurrente mondiale et maladie de Lyme: des co-infections fréquentes

0
17

Les fièvres récurrentes sont des borrélioses, et la maladie de Lyme en faisait partie jusqu’en 1975 où elle a été officiellement dépistée et différenciée aux États-Unis. Ces deux infections se ressemblent par certaines de leurs symptômes et peuvent confondre les diagnostics médicaux.

 La Borréliose de Lyme  et la fièvre récurrente mondiale  sont des maladies géographiquement liées à la tique qui est leur principal vecteur. Ce sont des Borrélioses anthropozoonoses causées par des bactéries de la famille des borrelias. Elles peuvent atteindre toutes les classes d’âge et se caractérisent par des fièvres épisodiques accompagnées de frissons, après une période d’incubation asymptotique. Des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête ou céphalées, des convulsions, des troubles oculaires, une fatigue chronique, des transpirations abondantes, ainsi que des éruptions cutanées font partie de leurs symptômes communs. Leurs évolutions peuvent entraîner de graves complications, voire le décès des sujets. Les complications peuvent inclure des atteintes rénales, génitales, pulmonaires et cardio-vasculaire, des hépatites, ainsi que des encéphalites.

Les bactéries de la famille des borrélias sont les principales causes de la fièvre récurrente mondiale. Elle est classée en deux catégories selon l’agent pathogène en cause. D’un côté, il y a la fièvre récurrente à poux (lbrf). Cette  forme est engendrée par la borrelia  recurrentis  qui est transmise par  le pediculus humanus humanus (pou du corps).  Le  manque d’hygiène serait l’un des facteurs aggravants de cette maladie. De l’autre, se trouve la fièvre à tiques (tbrf) qui est causée par des bactéries telles que la borrelia duttoni, la borrelia parkerii et la borrelia hermsii. Ces germes pathogènes sont transmis à l’homme par la piqûre des tiques ou par leurs sécrétions coxales. Les premiers symptômes de la fièvre récurrente à poux se manifestent par une apparition soudaine de fièvre qui peut durer jusqu’à 6 jours et qui ne revient qu’une seule fois. Quant à la fière récurrente à tiques, celle-ci peut se manifester plusieurs fois et chaque épisode peut durer 3 jours et ne réapparaitre qu’après deux semaines.  Dans les deux cas, les crises de fièvre sont accompagnées par des transpirations intenses et des frissons, ainsi  qu’une pression artérielle relativement basse. C’est une situation qui peut entrainer le décès du patient dans 10 % des cas (http://www.dictionnairemedical.net/518_Fi%C3%A8vre-r%C3%A9currente.html ).

En évoluant, les symptômes de ces maladies  peuvent se manifester par des douleurs  articulaires et musculaires (arthralgies et myalgies), des maux de tête persistants, des convulsions, des raideurs à la nuque, des vomissements, des fatigues prononcées,  des saignements… Un exanthème maculo-pétéchial est aussi fréquemment constaté sur le cou et le tronc du sujet. Dans  les cas aggravés, le coma, l’affaissement facial, le dysfonctionnement hépatique, la méningite, la myocardite, la pneumonie et des saignements généralisés sont observés.

En l’absence de traitements, le taux de mortalité occasionné par la fièvre récurrente à tiques est de l’ordre de 4 à 10 %. Et celui de la fièvre récurrente à poux est de 10 à 70 %. Pour réduire ces statistiques au maximum, l’antibiothérapie est de rigueur (chloramphénicol, cyclines, érythromycine pénicilline).  Les médecins  prescrivent généralement des traitements à dose unique de doxycycline (200 mg), de tétracycline (500 mg) et de mincycline (200 mg). 

Une mesure unique de chloramphénicol de 500 mg et de pénicilline procaïne 1 000 000 unités IM, ainsi que d’érythromycine 500 mg sera  spécialement préconisée pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 8 ans.

Ces traitements échouent dans 20 % des cas et peuvent entrainer des rechutes fréquentes (http://medecinetropicale.free.fr/cours/borrelioses.pdf ).  Cette situation nécessite l’utilisation prolongée  d’une pénicilline G ou C3G pendant 10 à 14 jours.  Les mesures à prendre seraient de même pour soigner les formes neurologiques.