La maladie de Lyme: semblable au syndrome de fatigue chronique

0
15
Les symptômes qui caractérisent la maladie de Lyme forment un large complexe qui la confonde avec d’autres maladies, dont le syndrome de fatigue chronique. 

La difficulté des diagnostics de ces deux pathologies afin de chercher un traitement adéquat, mais également la gravité des souffrances et des séquelles endurés par les patients, peuvent entraîner de lourds handicaps, voire leurs décès.

La fatigue chronique est diagnostiqué à tort pour des personnes atteintes de la maladie de Lyme

Le syndrome de fatigue chronique ou encéphalomyélite myalgique se constate, comme dans le cas de la maladie de Lyme, par une détérioration rapide et importante de la santé, avec des symptômes neurologiques et cognitifs graves. L’atteinte des nerfs crâniens est commune aux deux pathologies et se traduit par des maux de tête ou céphalées aigues, accompagnés par des vertiges. Ces dernières peuvent être à l’origine d’une paresthésie et d’une atteinte radiculaire réduisant la sensibilité tactile, avec des picotements et des engourdissements prolongés. Des troubles de la mémoire et de la concentration, ainsi qu’une hypersensibilité à la lumière et aux bruits traduisent aussi ces symptômes neurologiques. Des manifestations rhumatologiques ou des arthralgies très douloureuses se manifestent au niveau des articulations, chez les personnes souffrantes de la maladie de Lyme et du syndrome de fatigue chronique. Des myalgies touchent également les muscles.

Ces deux pathologies présentent aussi des symptômes cardiologiques, comme une péricadite, une myocardite, des palpitations ou une arythmie cardiaque, accompagnée par une fatigue chronique. Les troubles du sommeil, les phases de virémie, ainsi que les syndromes grippaux sont également récurrents à ces deux affections.

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) est une maladie neurologique qui s’accompagne de graves dysfonctionnements du système immunitaire. Cette affection somatique fonctionnelle est suspectée provenir d’une réaction auto-immunitaire, mais dont la cause n’est pas encore précisément identifiée. Les symptômes de cette maladie sont nombreux et durent environ deux ans pour ses cas les plus aigus. Elle se manifeste surtout par une fatigue inexpliquée et persistante, qui n’est due à aucun exercice physique ou intellectuel précis. Cette fatigue ne disparaît pas non-plus après le sommeil et persiste plus de 24h après un effort physique. Ces symptômes s’accompagnent de myalgies ou douleurs musculaires chez près de 70% des patients (http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Print.aspx?doc=syndrome_fatigue_chronique_pm#P38_4531). Elle s’accompagne de manifestations neuroendocriniennes qui se traduisent par des montées de fièvres et une grande sensibilité aux changements de température.

Les symptômes neurologiques et cognitifs se traduisent chez le sujet par des pertes de mémoire à court terme, des difficultés à se concentrer, des confusions et des moments de désorientation. Des troubles de la sensibilité audio-visuelle et un nystagmus qui empêche la mise au point oculaire sont aussi constatés. L’atteinte du noyau cérébral provoque des vertiges, des étourdissements, des troubles du rythme cardiaque et des nausées. Le sujet peut aussi présenter une grande pâleur, des troubles intestinaux et urinaires.

Les manifestations immunitaires du syndrome de fatigue chronique sont nombreuses et alternent des maux de gorge fréquents, des affections ganglionnaires aux aisselles et aux aines, des syndromes grippaux récurrents, des allergies cutanées et alimentaires.

L’encéphalomyélite myalgique est diagnostiquée dans le cas d’une fatigue supérieure à 6 mois qui nuit aux performances générales du patient, en l’absence d’explications d’ordre physique ou mental de celle-ci. Au moins quatre des symptômes qui y sont associés doivent également être constatés pour préciser la pathologie. Il n’existe cependant pas de traitements spécifiques, mais seulement des approches qui permettent de soulager les effets et de redonner plus d’autonomie au sujet. En général, la fatigue devient de plus en plus intermittente, jusqu’à disparaître au bout de 5 ans.