La vitamine C à haute dose contre Lyme

0
20

Pour venir à bout de la Borréliose de Lyme, patients et médecins font tout pour trouver une issue. Ils sont prêts à  exploiter toutes les pistes imaginables pour vaincre cette maladie que la médecine classique a du mal à guérir. L’utilisation de la médecine ortho-moléculaire, à base de Vitamine C, est l’une des solutions qui peuvent aider à lutter contre cette pandémie. 

Les multiples fonctions biologiques de la Vitamine C
Depuis sa découverte en 1928 par Albert Szent-Gyorgyi, la Vitamine C ou avitaminose n’a jamais cessé de faire du bien à l’humanité. Elle stimule et protège la défense immunitaire. Elle tient également un rôle important dans la croissance,  le développement et la réparation de tous les tissus du corps. Elle contribue au maintien du bon fonctionnement général de tous les mécanismes de l’organisme et facilite la cicatrisation des blessures, l’absorption du fer, ainsi que le maintien du cartilage, des dents et des os. La Vitamines C est également un antioxydant et est l’un des incubateurs de nos fonctions biologiques qui visent l’élimination des toxines et autres déchets stockés dans notre organisme. En participant à la synthèse du collagène de la peau, elle est même en mesure de réduire les rides et de faire reculer de quelques années les signes de la vieillesse. Selon des études récentes, ce nutriment est également capable de limiter la dégénérescence musculaire et de réduire l’inflammation. Grâce aux recherches du chimiste Irwin Stone, la Vitamine C peut aujourd’hui être fabriquée avec du glucose.

Les propriétés préventives, curatives et neutralisantes de la Vitamine C

Quant à ses premiers usages, la vitamine C était préconisée pour éviter le scorbut. Les fatigues chroniques et d’autres             symptômes, comme les saignements du nez ou des gencives, les allergies, la dépression, les hémorragies rétiniennes des diabétiques, l’arthrose, l’ostéoporose et la cataracte, peuvent aussi être dus à une carence en Vitamine C. Quelques années plus tard, elle est devenue indispensable pour traiter ou prévenir certaines maladies telles que le rhume, le cancer, la pneumonie, le tétanos, les infections cardiovasculaires, l’arthrite, l’asthme, la cataracte, l’autisme…  Récemment, certains médecins utilisent la Vitamine C pour soigner des patients atteints de la phase chronique ou aigüe de la maladie de Lyme et d’autres infections, comme la grippe H1N1, l’embolie pulmonaire, le virus du Nil occidental, la tuberculose et la mononucléose infectieuse, grâce à ses propriétés virucides et bactéricides. Les recherches en laboratoires ont également démontré l’action neutralisante de la Vitamine C sur des toxines, des venins de serpent, des métaux lourds, des pesticides, le cyanure, le monoxyde de carbone, l’alcool et les radiations. Sur cette vidéo, certains praticiens l’utilisent même pour guérir des cas de cancer. La Vitamine C et les aliments
Contrairement au métabolisme de certains mammifères, l’organisme humain est incapable de synthétiser la Vitamine C de ses propres moyens. Toutefois, elle est facilement trouvée dans les végétaux frais. La cerise des Indes occidentales vient en tête de liste puisque pour 100 g, elle peut contenir jusqu’à 1745 mg de Vitamine C. Viennent ensuite la baie d’églantier avec 1250 mg de Vit C/100g et le piment rouge cru avec un apport de 370 mg  de Vit C pour 100 g… Bien entendu, on peut également la trouver dans certains fruits et légumes colorés, tels que la mangue, le pamplemousse, le kiwi, le citron, l’orange, le brocoli, le poivron rouge, la papaye, la pomme de terre, la tomate, les courges… La consommation quotidienne d’une quantité considérable de l’un ou de plusieurs de ces  produits naturels, et bio, serait d’une aide précieuse pour fournir la quantité de Vitamine C requise par l’organisme. Par la même occasion, cela permet de maintenir un excellent état de santé. Notre organisme peut stocker de la Vitamine C dans le foie, pour en disposer dans le cas d’une augmentation des besoins. Des suppléments de Vitamine C qui peuvent être consommés pour combler  sa quotité idéale.

Les causes de carence en Vitamine C malgré une consommation élevée de fruits et légumes ?

Le besoin nutritionnel journalier en Vitamine C d’un adulte en bonne santé devrait être comblé par la consommation d’au moins 5 portions de fruits et de légumes, soit une quantité minimale quotidienne de 10 mg (http://www.lasantenaturelle.net/406/la-sante-naturelle.html). Le souci est que ce nutriment est particulièrement instable et volatil. Entre autres, sa teneur dans les aliments peut être réduite considérablement sous l’effet de la chaleur, de l’exposition à l’air et à l’eau. En subissant un blanchiment, une mise en conservation, une déshydratation et une congélation, les fruits et légumes perdent jusqu’à 95 % de leur teneur en acide ascorbique. Un simple stockage pourrait en effet en détruire jusqu’à 80 %, 40 % durant la préparation et plus de la moitié pendant la cuisson. Ce qui revient à dire que malgré les idées reçues, il n’est pas vraiment aisé de s’approvisionner convenablement en Vitamine C.
Protocole de soins par surdosage de Vitamine C

Des études stipulent que la prise quotidienne de 500 mg d’acide ascorbique est très bénéfique pour la santé. Au-delà des 2000 mg (http://www.caducee.net/Fiches-techniques/vitaminec-1.asp ), elle peut engendrer des complications digestives, comme des maux d’estomac, des irritations de l’intestin grêle, de la diarrhée… Des études sur la Vitamine C ont démontré ses propriétés virucides. Cependant, pour  soigner la maladie de Lyme, ainsi que d’autres maladies infectieuses et difficiles à soigner, certaines thérapies alternatives font appel à un dosage surélevé. L’administration par intraveineuse est ainsi la plus adaptée. Pour venir à bout d’une forme chronique de Borréliose de Lyme, la dose préconisée peut aller jusqu’à 100 g par jour (http://www.curezone.org/forums/am.asp?i=52739). Le docteur Thomas Levy est l’un des pionniers dans les protocoles de soins basés sur la Vitamines C. D’ailleurs, il en parle sérieusement dans son livre « Curing the incurable : Vitamine C, infectious Diseases and Toxins » (http://www.amazon.com/Curing-Incurable-Vitamin-Infectious-Diseases/dp/1401069630).  Il y a aussi le docteur William Whitaker qui a su mettre fin aux souffrances d’une femme atteinte d’un cas sévère de maladie de Lyme, en seulement 3 jours grâce à une cure hautement dosée de Vitamine C. Une première perfusion de 100 g et cinq autres de 50 mg ont fait disparaître les symptômes. Selon le docteur Cathcart et Alain Scohy, cette médecine holistique basé sur une forte dose de Vitamine C permet d’abréger de façon très marquée la durée d’une affection, qu’elle soit d’origine bactérienne, virale, parasitaire ou autres.

Pourquoi opter  pour une cure de Vitamine C en cas de Borréliose de Lyme ?

La Borréliose de Lyme est une maladie multi systémique qui s’attaque à tous les systèmes de l’organisme du corps. Elle est capable de s’attaquer au bien-être général, à la reproduction et à la sexualité, aux aptitudes mentales, au bien-être psychologique, au système neurologique, respiratoire, circulatoire,  musculo-squelettique, cardio-vasculaire, digestif et excrétoire…Une thérapie à base de Vitamine C stimule la régénération et la cicatrisation des tissus. Elle contribue aussi au bon fonctionnement du système cérébral et cognitif. En tant que régulateur métabolique, elle favorise la qualité du sommeil, en limitant les insomnies et les troubles. Une concentration élevée de Vitamine C permet ainsi à la défense naturelle du corps de combattre plus activement les germes pathologiques qui l’attaquent et de stimuler la production des lymphocytes. Ce nutriment est aussi un puissant antitoxique et réparateur de la structure osseuse. Il permet également de prévenir et de guérir l’anémie, la coagulation du sang et les maladies veineuses.En une phrase, la Vitamine C est parfaitement en mesure de réparer ou d’anticiper les éventuels dégâts causés par la maladie de Lyme.