L’arthrite et la maladie de Lyme: gare au diagnostic!

0
15
L’arthrite ou l’inflammation des articulations est une maladie qui présente plusieurs similitudes avec les symptômes de la maladie de Lyme.D’où l’importance d’apporter un éclaircissement sur ces sujets

pour ne pas les confondre.

L’arthrite est diagnostiqué à tort pour des personnes atteintes de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme attaque les articulations tout comme l’arthrite. Elle se manifeste généralement au niveau du genou, comme dans le cas de l’arthrite du genou. L’articulation est endolorie, gonflée, chaude et rouge. Le tout est escorté par des douleurs et une impotence fonctionnelle. Et lorsque les infections s’intensifient, elles entrainent une fièvre accompagnée par des frissons. Ces symptômes similaires laisseraient à penser à une arthrite virale ou septique.

Plusieurs facteurs peuvent causer l’arthrite. Dans la plupart des cas, cette maladie se transmet d’un parent à son enfant, puisque c’est avant tout, une infection où le facteur héréditaire ou génétique joue un rôle prépondérant. Son apparition peut être favorisée par un dysfonctionnement du système immunitaire, un déséquilibre chimique ou un agent infectieux, mais elle touche principalement les personnes âgées de plus de 60 ans. Sa forme la plus courante est qualifiée d’arthrose, dont souffre 17% de la population française (http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=arthrite_vue_ensemble_pm). Les plus jeunes peuvent aussi en être atteints après un accident articulaire grave ou dans le cas d’une arthrite juvénile infectieuse. Le cartilage des articulations se détériore progressivement et ne parvient plus à remplir ses fonctions, celui de faciliter le glissement des extrémités des os.

L’arthrose, cet aspect banal de l’arthrite, dont les blessures ou les traumatismes graves en sont les causes, est capable de se développer instantanément sans raison précise. Il y a aussi l’embonpoint qui est l’un des facteurs majeurs de l’arthrose des articulations de la jambe et de la hanche sans parler des inflammations articulaires engendrées p ar des usures lorsqu’elles sont lésées. Ce cas est souvent constaté auprès des athlètes et des personnes exerçant un travail sollicitant l’utilisation excessive des articulations. Il y a aussi l’inflammation et l’épaississement de la synoviale qui se manifeste par une démangeaison du tissu articulaire dénommée, polyarthrite rhumatoïde (PR). Des problèmes métaboliques peuvent aussi causer l’arthrite. Cette forme se fait appeler crystal-arthrites microcristallines et est la conséquence de dépôts de cristaux dans les articulations, entraînant la goutte et la pseudogoutte.

L’arthrite peut présenter plusieurs symptômes et ils varient d’un type à l’autre. Certains cas se manifestent par la douleur, la rougeur et le gonflement des articulations, comme pour la polyarthrite rhumatoïde. Le syndrome de Sjögren et la maladie de Still se dévoilent par des éruptions cutanées de teinte saumon, des poussées de fièvre, des yeux secs et une bouche tarie. Quant à l’arthrose, les symptômes sont généralement associés à des douleurs et à des raideurs au niveau des articulations, des douleurs irrégulières pendant les activités rudes, une perte de mobilité, un élargissement de l’os, des bruits de raclement des articulations. Il y a aussi la catégorie de l’arthrite inflammatoire qui se manifeste par la réduction des capacités motrices, le gonflement de l’articulation, la diminution de la douleur et de la raideur par l’activité physique, la douleur et la raideur au lever…

Chaque forme d’arthrite est un cas particulier qui nécessite un traitement spécifique. Le plus important c’est de savoir choisir le traitement le plus adapté aux symptômes. Pour cela, il existe des traitements médicamenteux qui consistent à soulager et à limiter les douleurs grâce à des prises de corticoïdes, d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il y a également les traitements de fond qui permettent de ralentir l’évolution de la maladie ou de l’arrêter en bloquant la dégradation du cartilage et l’érosion osseuse. Grâce aux exercices physiques, des gestes techniques appropriées permettent aux articulations de retrouver une grande partie de leur mobilité.

Il y a aussi des interventions chirurgicales qui permettent à l’articulation de recouvrer ses facultés de mouvement, dont la synovectomie ou la synoviorthèse. Dans les cas extrêmes, des prothèses doivent remplacer les articulations, tandis que l’arthrodèse les fixe définitivement dans une position fonctionnelle. Il existe aussi des implants qui permettent de renforcer les zones affectées.