Les animaux: eux aussi victime de la maladie de Lyme

0
11

La maladie de Lyme est une pathologie qui touche particulièrement les chats, les chiens et/ou les chevaux. Peu connue à ce jour, nous ne pensons pas toujours aux « dégâts » qu’elle peut faire chez vos protégés. Alors, qu’en est-il exactement ?

Chevaux, chiens et chats peuvent attraper la maladie de Lyme

Autant elle peut être « courante » chez le chien ou le cheval, autant elle l’est rarement chez le chat. Néanmoins, le risque 0 de contraction n’existe pas et votre petite boule de poils peut l’avoir. Dans ce cas, vous constaterez une certaine raideur dans ses articulations et/ou ses membres, ce qui peut entraîner une boiterie plus ou moins importante et le faire souffrir. Atteint de cette maladie, ce petit animal a tendance à beaucoup moins manger, à se sentir très rapidement fatigué, voire avoir aussi de la fièvre. En cas d’avancement important de la maladie de Lyme, votre chat peut être anémié.

Chez ces animaux à quatre pattes, un vaccin est présent sur le marché. Cependant, les vétérinaires le déconseillent pour les chiens vivant dans un endroit à risques minimes, ce dernier étant assez controversé. Quelques contrôles réguliers préviennent de la maladie, tout comme l’utilisation de répulsifs. En revanche, si vous remarquez un manque de dynamisme de la part de votre chien, un manque d’appétit, une boiterie inhabituelle, des ganglions enflés, ainsi qu’une déshydratation imprévue, il est préférable de consulter un vétérinaire. Des douleurs et de la fièvre peuvent aussi apparaître.

La longueur des poils de chevaux fait qu’il est très difficile de détecter la maladie de Lyme chez ses animaux qui, pourtant, la contractent très facilement. La période propice à la contraction de celle-ci est l’automne et le printemps. Pourquoi ? Tout simplement parce que les tiques se multiplient à ce moment-là et « attaquent » le cheval. Elles se nourrissent de leur sang. Vous les voyez et les sentez lorsque vous pansez votre animal, notamment au niveau de la sous-gorge, sur le ventre, la tête et au niveau de la queue. Grosses ou petites, il faut les enlever tout de suite. Des signes neurologiques, comme la dépression, une encéphalite et une certaine difficulté à avaler, sont flagrants. Côté physique, il s’agit plutôt de fièvre, de boiterie, de perte de poids, d’une sensibilité musculaire et/ou d’une fourbure.

La maladie de Lyme est dangereuse pour les animaux, mais peut aussi l’être pour l’homme. Elle se transmet à l’humain, par la piqûre d’une tique infectée. Comment ? En se nourrissant du sang d’un animal infecté et en piquant ensuite un être humain. Celui-ci sera contaminé. Il vaut donc mieux prévenir que guérir. Vous ferez votre bonheur, mais aussi celui de votre compagnon fidèle !