Prévenir la maladie de Lyme via le système immunitaire

0
16

Chaque jour, le corps humain fait face à des agressions extérieures. Pour se protéger, il fait appel à son système de défense biologique plus communément nommé système immunitaire.

Système immunitaire d’une importance capitale face à Lyme

Grâce au bouclier naturel du système immunitaire, les attaques perpétuelles des microbes, parasites, virus, champignons, cellules cancéreuses et corps étrangers… sont réduites, voire mises en échec. Sans cette barrière de protection qui fait partie intégrante de notre santé, nous serions en proie à de nombreuses maladies.​La peau et les muqueuses sont les premières lignes de défense du système immunitaire. Elles empêchent les assaillants de s’infiltrer directement dans l’organisme. Ces barrières protectrices sont secondées de l’intérieur par d’autres éléments tels que la moelle osseuse, la rate, les amygdales, le système lymphatique, le thymus, les ganglions lymphatiques… Tous ces composants doivent être en mesure de remplir correctement leurs fonctions pour que le corps puisse s’auto-maintenir en bonne santé. Dans le cas  où des intrus ou des agents pathogènes réussissent à pénétrer dans l’organisme, le système immunitaire fait appel à ses globules blancs (leucocytes) pour les combattre. L’efficacité au combat du système immunitaire sera mise en péril si le taux de globules blancs dans le sang venait à diminuer.  L’agent pathogène de la maladie de Lyme est connu sous le nom de Borrelia Burgdorferi. Cette bactérie de la famille des spirochètes est connue pour sa résistance face aux actions de notre système immunitaire, grâce à sa capacité d’adaptation hors du commun.

La Borrelia Burgdorferi dispose en effet de plusieurs moyens pour échapper aux attaques de la défense naturelle de son hôte. Devant cet agresseur, les globules blancs sont inopérants. Ils sont incapables de l’attraper puisqu’il se déplace plus vite qu’eux grâce à ses capacités motrices exceptionnelles. Pour échapper à la vigilance du système immunitaire, la bactérie de la maladie de Lyme est capable de changer de forme. Il lui arrive même de se créer des biofilms de protection ou de prendre l’apparence d’une cellule appartenant à l’organisme. Parfois, il imite des formes non-pathogènes pour faire croire à une apparente guérison.

​Face à cette intelligence de la Borrelia Burgdorferi, le système immunitaire est déséquilibré et ne fonctionne plus normalement. Il peut cesser d’effectuer son travail et de laisser l’agresseur évoluer à sa guise. Il peut également faire des efforts supplémentaires et devenir hyperactif. Dans ce cas précis, il s’attaque aux cellules de l’organisme. C’est ce que l’on qualifie de « réaction auto-immune ».

Le maintien d’un rythme de vie équilibré est la meilleure façon de garder son  système immunitaire en bonne santé. Pour y parvenir, il est important de favoriser un régime alimentaire sain et varié, d’éviter le surentrainement et le manque d’activités physiques. Il faut également bénéficier d’un sommeil réparateur au  quotidien. Il est aussi primordial de savoir gérer le stress. Sinon, il existe des produits naturels tels que le gingembre, l’ail, le zinc, l’échinacée, … qui peuvent renforcer le système immunitaire. Pour stimuler les lymphocytes T  et les aider à détruire les microbes, il est aussi nécessaire de faire le plein en vitamine D et en magnésium.

​Et puisque 70% de notre système immunitaire est localisé au niveau intestinal, la muqueuse doit y être renforcée par une cure de probiotiques ou de lactobacilles. De nombreux médecins et professionnels de la santé préconisent une stratégie nutritionnelle adaptée, afin de réparer et de renforcer le système immunitaire, pour guérir plus vite de la maladie de Lyme.