« Quand les tiques attaquent », reportage de France 5 sur Lyme

0
21

« Quant les tiques attaquent » est le fruit  de deux années d’enquêtes sur terrain, en Europe, aux États-Unis et en Afrique, effectuées par Chantal Perrin. Il s’agit d’un film documentaire indispensable pour une meilleure compréhension de la maladie de Lyme qui est transmise par les tiques.

Une association de malfaiteursChez l’homme, la maladie de Lyme n’apparaît pas sans raison. C’est une infection bactérienne véhiculée par un arthropode : la tique.

La tique, le premier coupable

Une petite bête est capable de transmettre la maladie de Lyme : la tique de la catégorie des Ixodes. Une seule morsure de cet acarien d’à peine quelques millimètres peut ruiner  la vie de nombreuses personnes : la victime et son entourage. La piqûre de cet arthropode n’est réellement dangereuse que si ce dernier est infecté par l’agent pathogène de la Borréliose de Lyme : la Borrélia Burgdorferi.

La Borrélia, une bombe à retardement

La bactérie responsable de la maladie de Lyme est la Borrellia Burgdorferi, de la famille des spirochètes. Elle peut se répandre dans le cœur, les artères, les articulations et même le cerveau. Elle peut incuber dans l’organisme pendant plusieurs années pour se réveiller soudainement à la suite d’une carence immunitaire, et provoquer toute une série de symptômes, tels que la paralysie faciale, les douleurs articulaires et musculaires, la perte de mémoire, les troubles de la vision… 

Pourquoi la borrelia burgdorferi est si résistante ? 

Le problème avec cette bactérie, c’est qu’elle sait comment changer de forme et comment se cacher dans le corps. Elle pénètre entre les cellules où elle se dissimule. Elle forme des cloques, des bouts d’ADN comme des leurres qui se baladent. Elle se cache dans des cellules qui deviennent des cibles pour le système immunitaire, provoquant ainsi une réaction auto-immune. On la découvre dans des endroits où l’antibiotique ne pénètre pas bien. Elle s’infiltre profondément dans les articulations, dans les yeux ou dans les tissus profonds du cerveau. Les antibiotiques ne pénètrent pas dans ces tissus  et ne peuvent pas l’éliminer. Et si la maladie de Lyme  persiste, c’est qu’elle est épaulée par d’autres germes pathogènes, transmises également par les tiques. Contrairement aux États-Unis et à d’autres pays, la maladie de Lyme n’est pas prise au sérieux par les autorités françaises. 

Pourquoi la Borréliose de Lyme est classée « maladie rare » en France ?

Selon le professeur Peronne, c’est le système de dépistage officiel qui est responsable de la sous-estimation du nombre exact des personnes contaminées par la maladie de Lyme. Tous les tests sérologiques sont faits en sorte qu’on ne puisse jamais dépister plus de 5 % de personnes infectées dans une population donnée. Pour le docteur François Lallemand, cette situation relève tout bonnement du déni médicale. Les autorités sanitaires maintiennent le flou à propos de cette affection. Le monde médical n’est pas unanime sur la définition même de la maladie de Lyme. Pour ceux qui suivent la doctrine officielle, la forme chronique de la Borréliose n’existe pas. La fiabilité même des tests de dépistage est mise en cause.

Les patients livrés à eux-mêmes

Ne pouvant compter sur les entités médicales françaises et en attendant l’arrivée d’un remède miracle, les victimes de la maladie de Lyme ont décidé de prendre leur avenir en main. Le but principal de ce documentaire est de défendre ceux que la médecine prétend ignorer et de pousser les autorités à prendre conscience de l’épidémie. Une initiative qui leur donne la possibilité de trouver des soins médicaux  adéquats, de trouver un juriste qui pourrait les aider sur le plan juridique dans le cadre de dénis marqués par des situations de perte d’emploi ou de licenciement.