Reportage canadien: « Maladie de Lyme : traverser la frontière pour se faire soigner »

0
14
 Le documentaire « Maladie de Lyme: traverser la frontière pour se faire soigner » propose une véritable incursion sociale et médicale au cœur de la Borréliose de Lyme. Il passe à la loupe le monde de cette maladie à travers  l’histoire de Mélanie Vachon.

Reportage visible: http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=1239 (utiliser un proxy mimant une connexion du Canada pour pouvoir le visualiser – ex: extension « Hola » sous Google Chrome)

Des symptômes indicatifs tardifs    Les souffrances de Mélanie Vachon ont duré plus d’une dizaine d’années. Tout à commencé le jour où ce vétérinaire de formation s’est fait piquée par une tique. Il lui a fallu six mois après cette morsure pour commencer à ressentir toute une série de symptômes. Elle faisait face à des douleurs articulaires et musculaires, à une fatigue persistante, à des troubles neurologiques et psychologiques…  Cette femme a même dû se résigner à se déplacer en fauteuil roulant, car son cas n’a jamais cessé de s’aggraver et de provoquer la perte de l’usage de ses jambes.

Une maladie méconnue du système médical Québécois

    Mélanie faisait face à une situation plus qu’alarmante. Malheureusement, les médecins n’étaient pas en mesure de diagnostiquer la véritable source de ses maux ni d’offrir les soins appropriés. La raison en est que la maladie de Lyme n’est pas encore bien connue par la communauté médicale Québécoise et qu’elle n’est pas encore ciblée dans les institutions de médecine. De plus, la présence de cette affection au Québec n’a été détectée que très récemment. 

Quand les praticiens locaux jettent l’éponge…

    Les médecins québécois étaient donc incapables de diagnostiquer correctement  les afflictions qui martyrisaient Mélanie. Elle ne pouvait compter que sur elle-même et sur la recommandation d’une autre personne contaminée par la maladie de Lyme qui l’a convaincue qu’elle était aussi touchée par cette affection.  Cela l’a mené à demander des soins auprès du Dr Maureen McShane qui s’est spécialisé dans le traitement des cas chroniques de la maladie de Lyme aux États-Unis. Face à un ennemi difficile à cerner            Même auprès du Dr Maureen McShane, la santé de Mélanie n’a pas connu de véritables améliorations. La cause était qu’elle faisait face à une maladie qui se manifeste avec une grande variété de symptômes et qui est très difficile à diagnostiquer même en stade tertiaire. Pour couronner le tout, les tests de laboratoire ne sont en mesure de détecter sa présence qu’après plusieurs semaines ou mois qui suivent la contamination.  

Un protocole de soin improbable

            La méthode de soin du Dr Maureen McShane repose sur des principes validés par l’International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS) qui soutien l’utilisation de plusieurs types d’antibiotiques sur une longue durée pour lutter contre la Borréliose de Lyme et les autres maladies transmises par la tique. C’est un protocole qui est largement contesté par d’autres praticiens. C’est aussi l’avis de Mélanie qui est consciente que normalement, l’utilisation de plusieurs classes d’antibiotiques est contre-indiquée et que cela peut entraîner de sérieux problèmes de santé.

Un traitement coûteux

            A part les dépenses effectuées avant de venir aux États-Unis, les traitements  ont coûtés 5000 $ pour Mélanie et son mari, rien qu’en 6 mois. Encore malade, cette femme doit se plus se préparer à faire face aux frais des années à venir en ré-hypothéquant sa maison.