STARI et maladie de Lyme: des co-infections fréquentes

0
17

STARI, une co-infection associée à Lyme

Il existe une maladie qui imite la Borréliose. C’est la STARI ou Southern Tick-Associated Rash Illness.  Ces infections présentent tellement de similarités qu’on pourrait les prendre  pour une seule et unique maladie. 

Pour profiter des traitements appropriés, il est cependant nécessaire de fixer un diagnostic.

La Borréliose et la STARI sont des infections bactériennes transmises par la piqûre des tiques. Les premiers signes de ces maladies  émergentes se manifestent quelques jours après la contamination. A commencer par une éruption cutanée au niveau de la morsure, accompagnée par une apparition de rougeurs circulaires ou elliptiques. Des symptômes grippaux avec maux de tête, fièvre, douleurs articulaires, raideur de la nuque et hypertrophie glandulaires sont également similaires à ces deux pathologies. Des manifestations oculaires, telles qu’une sensibilité accrue à la lumière ou une conjonctivite peuvent aussi atteindre les malades. Des cas de troubles cardiaques et de lésions neurologiques étoffent les symptômes communs à ces infections auto-immunes.

Bien que la véritable cause de la STARI ne soit pas encore véritablement mise en évidence, il est vérifié qu’elle est associée à la piqûre d’une tique dénommée Lone Star ou Amblyomma americanum, décelée surtout en Amérique du Sud, d’où le nom de l’affection : maladie à éruptions cutanées associée aux tiques du Sud. La morsure de cet insecte transmet la Borrelia lonestari qui serait à l’origine de cette infection semblable à la maladie de Lyme.

En effet, les symptômes de la STARI sont des imitations parfaites des signes du stade primaire de la Borréliose de Lyme.  Ils font leurs apparitions 30 jours après la contamination et se manifestent  par  une éruption d’érythème migrant au niveau de la piqûre. Celle-ci se définit par des rougeurs qui s’étendent de façon elliptique ou circulaire et en se propageant d’une manière plus généralisée sur le corps. Une éruption cutanée intermittente en relief s’observe également, ainsi que de nombreuses autres rougeurs sur d’autres parties du corps. Ces premiers signes physiques sont généralement accompagnés de tous les symptômes de la grippe tels que les maux de tête et de gorge, les nausées, l’asthénie, la congestion, les douleurs abdominales, les troubles digestifs, les diarrhées, la courbature et les douleurs articulaires, la raideur de la nuque, l’inflammation ganglionnaire et le mal de dos. Une hypersensibilité à la lumière et des atteintes oculaires sont également présentés par les sujets.

Il est à préciser que contrairement aux symptômes de la maladie de Lyme, les signes de la STARI  sont moins sévères. Néanmoins, des cas aggravés de cette affection ont dévoilés des atteintes cardiaques et neurologiques tardives. Les personnes contaminées peuvent ainsi à long terme perdre peu à peu leurs capacités motrices et même présenter des troubles psychologiques ou mentales.

Pour soulager les douleurs et les inflammations, des analgésiques ainsi que des anti-inflammatoires peuvent être prescrits. Le traitement final de la Stari n’est néanmoins pas encore confirmé, mais des antibiotiques comme la doxycycline permettent de combattre efficacement ses multiples symptômes. Il est aussi à noter que la période de guérison de cette infection est plus courte que celle de la maladie de Lyme et que les lésions causées sont aussi plus rares.